Le Mouvement olympique est formé de trois parties constitutives principales: le Comité International Olympique (CIO), les Fédérations Internationales de sports (FI), et les Comités Nationaux Olympiques (CNO).

En plus de ces trois parties constitutives, le Mouvement olympique est constitué par l’ensemble des organisations qui reconnaissent l’autorité du CIO: les comités d’organisation des Jeux Olympiques (COJO), les athlètes, les juges et arbitres, les associations et clubs et enfin toutes les organisations et institutions reconnues par le CIO.

Comme clairement défini dans la Charte olympique, «Le but du Mouvement olympique est de contribuer à la construction d’un monde meilleur et pacifique en éduquant la jeunesse par le biais d’une pratique sportive en accord avec l’Olympisme et ses valeurs.» (Charte olympique, chapitre 1, règle 1.1)

Le Comité International Olympique est l’autorité suprême du Mouvement olympique. Sa mission  est de promouvoir l’Olympisme à travers le monde et de diriger le Mouvement olympique.

C’est le catalyseur de tous les membres de la famille olympique : Comités Nationaux Olympiques, Fédérations Internationales, athlètes, comités d’organisations des Jeux Olympiques, partenaires TOP, diffuseurs et agences des Nations Unies. Le CIO cultive son succès à travers une série de programmes et de projets qui donnent vie aux valeurs olympiques. Son rôle est d’assurer l’organisation régulière des Jeux Olympiques, de soutenir toutes les organisations membres affiliées au Mouvement olympique et d’encourager la promotion des valeurs olympiques.

Le Comité National Olympique et Sportif Français, né en 1972 de la réorganisation du Comité Olympique Français (COF) et du Comité National des Sports (CNS), est une association reconnue d’utilité publique regroupant les fédérations sportives et certains groupements nationaux.

Le CNOSF est à la fois :

– Le représentant en France du Comité International Olympique,
– Le représentant du mouvement sportif national comme le prévoit l’article 19-I de la loi du 16 juillet 1984, relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives. Cet article dispose en effet : « Les associations sportives et les sociétés sportives qu’elles ont constituées, les fédérations sportives et leurs licenciés son représentés par le CNOSF ».

En tant que représentant du mouvement sportif français, le CNOSF regroupe 94 fédérations, 175 000 clubs, 1 250 000 bénévoles, et 14 000 000 de licenciés.

Constitués sous la forme d’association loi 1901, les Comités régionaux olympiques et sportifs (CROS) représentent le CNOSF et le mouvement sportif de leur territoire.

A l’instar du CNOSF à l’échelon national, ils réunissent les ligues, comités régionaux et départementaux qui représentent les fédérations dans leur région. Des Comités départementaux olympiques et sportifs (CDOS) représentent le CNOSF à l’échelon départemental. S’ils œuvrent conjointement, les CROS et les CDOS sont des associations distinctes et indépendantes.

Les CROS ont pour mission de développer la pratique sportive, sauvegarder et diffuser l’Olympisme, préserver le patrimoine sportif régional.

Le Comité territorial olympique et sportif est, comme les CROS et CDOS, une association loi 1901 représentant le CNOSF sur son territoire.

Le dernier CTOS apparu est celui de Saint-Martin, en décembre 2008. Fondé en 1961, le CTOS Nouvelle-Calédonie est lui le pionnier des comités territoriaux. Il fédère ainsi 45 ligues et comités régionaux et rassemble plus de 70 000 licenciés membres de 600 associations sportives agréées. Il a notamment pour mission de constituer, organiser et diriger la délégation représentant le territoire aux compétitions régionales (Jeux du Pacifique, mini-Jeux du Pacifique).

Déclarée lors de sa fondation, le 3 janvier 1973, Comité Territorial des Sports (C.T.S), puis Comité Territorial Olympique et Sportif (C.T.O.S), est devenu le Comité Olympique de Polynésie Française en 2000. Le COPF n’est toutefois pas membre du Comité international olympique (CIO)

Le CTOS de Wallis-et-Futuna fédère 44 ligues et comités sportifs actifs sur son territoire. Il a notamment organisé la IXè édition des mini-Jeux du Pacifique 2013.

CDOS : Comité Départementaux Olympiques et Sportifs

logo du Comité Départemental Olympique et Sportif de l'Isère

Constitués sous la forme d’association loi 1901, les Comités départementaux olympiques et sportifs (CDOS) représentent le CNOSF et le mouvement sportif de leur territoire.

A l’instar du CNOSF à l’échelon national, ils rassemblent les instances territoriales des fédérations et fournit aux collectivités les interlocuteurs pour la définition et la mise en oeuvre de leur politique sportive. Des Comités régionaux olympiques et sportifs (CROS) représentent le CNOSF à l’échelon régional. S’ils œuvrent conjointement, les CROS et les CDOS sont des associations distinctes et indépendantes.

Les CDOS ont pour mission de développer la pratique sportive, sauvegarder et diffuser l’Olympisme, préserver le patrimoine sportif départemental.